Non classé

Top 10 des craintes de l’entourage par rapport à l’ief

Depuis nos débuts en ief, des remarques de la part de nos proches, de nos amis et de notre entourage, nous en avons eu.

Quand, on fait un choix éducatif un peu hors norme (instruction en famille, parentalité positive,…), on suscite la curiosité.

Les gens ne comprennent pas forcément nos choix. Cela les renvoie sûrement vers leurs propres peurs, leurs croyances, mais aussi les frustrations qu’ils ont vécu étant enfant.

Il fut un temps où je voulais à tout prix expliquer mes choix. Je voulais être comprise, peut être même, quelque part, que je voulais que mes proches approuvent. Et je pense que c’était une erreur.

J’ai choisi l’ief. Ce choix a éte mûrement réfléchi, je sais pourquoi je l’ai fait et cela me suffit. Je ne me justifie plus, je n’essaie de convaincre personne. Je vis mes choix tout simplement.

Les autres n’ont pas besoin de comprendre, parfois cela leur est même impossible. Et c’est OK. Nous n’avons pas le même cheminement dans la vie et c’est OK. J’ai, moi même, dû passer des nuits à m’informer avant de commencer l’école à la maison.

J’écoute parfois les avis des autres (parfois non 🙃🙃). J’accepte qu’ils soient différents du mien. Je réponds tout simplement que nous avons des avis différents, et qu’il n’y a pas de mal à cela, que c’est même très bien. Mais que je choisis de suivre mon chemin!!!

Il y a d’ailleurs une citation que j’aime beaucoup et que je tiens à vous partager:

Souvent, les gens autour de vous ne comprendront pas votre chemin. Ils n’ont pas besoin. Ce n’est pas le leur.

 

Top 10 des craintes de l'entourage par rapport à l'instruction en famille

 

Top 10 des craintes de l’entourage par rapport à l’instruction en famille

1- La socialisation

C’est le préjugés qui revient le plus souvent. Et d’ailleurs, c’est un peu le rôle principal de la maternelle: Apprendre ensemble et vivre ensemble.

Je vous avoue que c’est aussi un point qui me faisait peur quand on a décidé de faire l’école à la maison. Surtout que mes filles étaient demandeuses de contact avec des enfants de leurs âges.

J’ai lu, bien sûr, toutes les études que jai pu trouver sur internet. Les enfants ont besoin de fréquenter des personnes de toutes âges pour se sociabiliser. Mais voilà, le doute était là…

Tout le monde est, aujourd’hui, rassuré, moi et mes proches. Mes filles ont pleins des copains. Nous avons la chance d’avoir un reseau ief très actifs. Nous faisons très régulièrement des sorties, tous ensemble. Elles font aussi des activités sportives.

Notre but, en instruisant nos enfants à la maison, n’est pas de les enfermer. Bien au contraire, c’est de les préparer à la vie en société, différemment certes!!!

 

2- Vivre en collectivité / Intégrer la société

Je suis complètement d’accord, les enfants doivent apprendre à vivre en collectivité. Une fois adulte, ils doivent pouvoir pleinement intégrer la société dans laquelle ils vivent. Maintenant, qu’est ce que c’est intégrer la société et comment y parvenir? À noter aussi, que l’école n’est pas un modèle miniature de notre société. Qui parmi vous ne fréquente ou ne travaille qu’avec des gens nés la même année que lui?

Vivre en collectivité, c’est avoir en main les outils pour vivre avec les gens autour de soi. Est ce que l’école forme vraiment à cela? Combien maîtrise la communication bienveillante une fois leur cursus scolaire terminé?

Les enfants en ief ne sont pas sociales, ni sauvages!!!

Mes filles font des activités sportives. Elles apprennent à respecter et à suivre les règles des différents endroits où nous nous rendons: bibliothèque, musée, ferme,… Et puis, les règles changent d’un proche à l’autre,… Bref, cet argument ne tient pas la route!!!

École À La Maison préjugés

3- Couper le cordon

Est-ce que cette envie d’école à la maison ne traduit pas une envie de faire perdurer le plus longtemps possible le lien exclusif mère/enfant ? Est-ce que ce n’est pas une façon inconsciente de revaloriser vis à vis de la socièté le rôle de la mère?

Il faudra bien couper le cordon un jour ou l’autre!!!! Je suis tout à fait d’accord. Les parents ne doivent pas étouffer leurs enfants. Il est important de favoriser leur autonomie pour qu’une fois adulte, ils soient indépendants.

Mais pourquoi se séparer de ses enfants doit se faire absolument à 2 ans ou à 3 ans? Comment une personne extérieur peut elle juger du moment opportun pour couper le cordon?

Les enfants en ief ne sont pas en permanence collés à leurs parents. Ils ont leurs activités à eux avec d’autres adultes, d’autres enfants. Et plus, ils grandissent, plus les activités se multiplient. Ils vont chez leurs copains, etc…

 

4- La vie est dure

Certains pensent que les parents qui choisissent l’instruction en famille veulent préserver leurs enfants de la dureté de la vie. En gros, on les chouchoute trop, on les couve trop, on les surprotège. Ça rejoint le point précédent : couper le cordon.

Je pense que cela relève des croyances de chacun. Est ce que la vie est dure? Certains croient qu’il s’agit d’un combat, ils se battent tout le temps et contre tout. Pour certains, c’est une question de chance, ce sont souvent des défaitistes. Pour d’autres la vie est belle,…

Ce qui compte pour moi, ce n’est pas de savoir si la vie est dure ou si elle est belle. J’ai tenté de débattre avec la personne qui m’a dit que les enfants doivent aller à l’école pour savoir que la vie est dure, de lui exposer mon point de vue. Cela n’a servit à rien. Ce qui compte c’est que mes filles aient, en main, les qualités nécessaires pour surmonter les difficultés qu’elles rencontreront en chemin, mais aussi pour mener à bien les projets qui leurs tiennent à cœur.

Et pour cela rien de tel que de préserver leur curiosité naturelle, de les accompagner dans leurs projets d’enfants, de respecter leurs rythmes. C’est comme ça, qu’ils apprendront à préserver mais aussi à fournir des efforts, à ressentir de la fierté. C’est comme ça qu’ils connaîtront leurs points forts mais aussi leurs points faibles. C’est comme ça qu’ils sauront comment se motiver, ils sauront ce qui est important ou non.

École À La Maison

5- L’ief, trop dure à gérer

Oui, ce n’est pas facile tout les jours. Être maman ieufeuse, c’est porter une casquette de plus. Il y a les enfants, la maison, les apprentissages, les sorties, bref mille trucs à gérer.

Ce n’est parce que c’est parfois difficile que c’est impossible. D’ailleurs, plutôt que de remettre en cause notre capacité ou non à gérer l’instruction de nos enfants, c’est leur soutien qu’ils devraient nous proposer. Plutôt que d’imaginer des problèmes, ils devraient nous aider à chercher des solutions!!!

Quand le dialogue est impossible, proposer tout simplement de refaire le point dans un an. Ça suffit parfois à clore le débat. Dire, ça fait rire; faire, ça fait taire!!!

[ À lire: les 7 ennemis de la maman ieufeuse ]

 

6- Tu n’es pas prof / tu n’as pas le niveau

C’est vrai, je suis complètement d’accord. Je ne suis pas professeur des écoles. Tout le monde n’est pas forcément apte à faire l’école à la maison. Et d’ailleurs, certains enseignants, bien qu’ils aient un diplôme, ne sont pas aptes n’ont plu à enseigner.

On peut alors légitimement se demander si un diplôme, ne rend pas forcément apte à enseigner, qu’est ce qui le rend?

Apprendre à son enfant à écrire, à lire, à conjuguer, si ce n’est pas innée pour toutes, ça s’apprend!!! Il y a des livres, des conférences, des formations pour apprendre.

Nous avons aujourd’hui, la liberté de choisir, et c’est génial!!! Je pense qu’il est important que chacun respecte ce point.

[ À lire: 8 Livres à lire pour réussir l’école à la maison ]

 

7- Beaucoup rêverait d’aller à l’école

“Nous sommes en France, nous avons la chance d’avoir une école de qualité. Beaucoup d’enfants dans le monde rêveraient d’avoir cette opportunité.”

Je n’ai pas choisi l’école à la maison contre l’école de l’éducation national. Non, j’ai choisi l’école à la maison pour faire autrement. Je profite de la liberté que j’ai de scolarisé ou non mes enfants.

Ce n’est pas parce que certains rêvent d’aller à l’école que je dois scolariser mes enfants. Et puis combien d’enfants vont à l’école avec une boule au ventre et rêvent de ne plus y mettre les pieds?

La chance que nous avons, ce n’est pas notre école, c’est notre liberté de chosisr notre école.

Contre instruction en famille

 

8- Les enfants ont besoin davoir différents référents éducatifs

Sur ce point, je suis complètement d’accord et je fais tout pour que mes enfants aient plusieurs référents éducatifs.

Je ne détiens pas la science infuse. Et surtout, je pense que j’ai ma manière à moi de voir et d’appréhender le monde. Je lisais, je ne sais plus où: ” celui qui transmet influe et révèle l’élève à lui même”. Je ne veux pas que mes filles voient le monde a travers mes filtres à moi.

Quand mes filles participent a des ateliers, chaque animateur influence mes filles de part ses croyances, ses envies, ses rêves, ses passions. Cela enrichi énormément le milieu dans lequel évolue mes filles et leur permet de se révéler à elles même.

Pour le coup, je trouve qu’elles ont beaucoup de chance par rapport aux enfants scolarisés parce qu’elles participent à énormément d’ateliers. Nous faisons beaucoup de sorties pédagogiques. Ai total plus d’une quarantaine rien que pour cette année 2018-2019. Et elles ont la chance de revoir certains animateurs plusieurs fois, certains depuis nos débuts.

 

9- Elles vont avoir du retard

Je pourrais dire, ici, que généralement les enfants en ief, sont en avance par rapport aux enfants scolarisés. C’est vrai dans certains cas, mais pas toujours. Et puis je n’aime pas les généralités!!!

L’avantage de l’école à la maison, c’est d’avancer au rythme de l’enfant. Pourquoi faudrait absolument savoir lire à 6 ans et multiplier à 8 ans?

Un enfant est curieux naturellement!!! Ça, il faut le répéter encore et encore, jusqu’à ce que ça rentre!!! Les enfants n’ont qu’une envie c’est d’apprendre. Oui, ils veulent comprendre notre monde, savoir comment ils fonctionnent, ils veulent avoir les clés et les outils pour y évoluer.

Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas envie d’apprendre ce qu’on a décidé pour eux quand on l’a décidé, qu’ils sont moins bons, ou moins intelligents.

Et puis, chez les enfants scolarisés, quel est le pourcentage d’enfant en retard? Sont ils tous en avance?

 

10- Et si un jour, elles veulent passer leur diplômes

Mes filles pourront si elles le souhaitent reprendre le chemin de l’école. Et si, cela ne leur vient pas à l’esprit, elles pourront si elles en ont besoin et envie passer leur concours en candidat libre. Oui, c’est possible!!!

 

Je pense avoir fait le tour des craintes de mon entourage. Et vous, qu’elles sont les remarques qui vous sont faites?

J’espère que cet article vous donnera un peu plus confiance en vous et vous permettra de répondre à certaines remarques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *