Non classé

Les 7 ennemis de la maman ieufeuse

Tout n’est pas toujours rose quand on se lance dans l’ief!!!

On est amené à rencontrer des difficultés, c’est une réalité. Certaines, nous tombent dessus, sans qu’on est rien demandé, à nous de les surmonter. Pour d’autres, nous en sommes en parties responsables, nous les mamans ieufeuses 🙈🙈🙈. Il est important d’en prendre conscience pour pouvoir aller de l’avant!!!

Alors, je me lance dans cette article et je vous présente les 7 ennemis des mamans ieufeuses. J’ai hâte de lire vos retours.

Difficultés instruction en famille

1-La perfection

Avant de se lancer dans l’ief, on a d’abord rêver nos journées. Je ne sais pas pourquoi, on s’imagine quelque chose de parfait: une maison toujours propre, des enfants qui s’entendent à merveille, des apprentissages qui se font sans accroc, une maman souriante, toujours disponible,…

Une fois lancée, tout n’est pas aussi beau et merveilleux…

On va alors observer 3 types de mamans:
la perfectionniste: elle va souvent se mettre la pression à elle et à ses enfants. Elle va se surmener parfois. Tout est carré. Elle réalise un temps son rêve (cité plus haut), mais dans certains cas, elle va droit vers un brun out.
la procratinatrice: elle remet tout à plus tard, et souvent c’est le K.o!!! Ce qu’on ne sait pas c’est que la procrastination est une forme de perfectionnisme. Comme la maman n’arrive pas à atteindre la perfection qu’elle vise, elle finit par baisser les bras. Elle remet à plus tard, pour ne pas se retrouver en situation d’échec. Mais cette situation n’est pas tenable sur la durée.
et il y a la maman qui a tout compris!!! Elle sait que la perfection n’existe pas. Elle connaît ses qualités et ses défauts. Elle sait lesquelles de ses compétences vont lui être utile.
Elle rencontre aussi des difficultés, mais ne les considèrent pas comme des échecs, mais plutôt des objectifs à atteindre.

La perfection ne doit pas être un frein dans votre projet d’instruction en famille. Il est indispensable de rêver votre ief mais il ne faut pas l’idéaliser.

Je vais finir par cette citation:

«Être heureux ne veut pas dire être parfait. Cela veut seulement dire que tu as décidé de regarder au-delà des imperfections» – K. B. Indiana

2-Le manque de clarté

Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre“. Sunzi

Ça paraît tellement logique et pourtant…

Il est important quand on choisit l’instruction en famille de savoir pourquoi, dans quel but.
Généralement, c’est pour accompagner ses enfants de la manière la plus respectueuse possible, pour en faire des adultes épanouis.

Il y a tellement de manière d’instruire ses enfants. Et puis, il y a aussi les valeurs qu’on voudrait leur transmettre. Alors sans objectif clair, on peut vite se sentir perdue, dépassée.

Moi, mon objectif est d’accompagner mes filles à devenir des adultes épanouies. Un adulte épanoui, pour moi c’est quelqu’un qui se sent bien dans ses baskets, qui a confiance en lui, connaît sa valeur, est en harmonie avec lui même et le monde qui l’entoure.

Tout de suite, c’est moins le flou dans la tête. Le fait de mettre tout cela à plat me permet d’avoir une vision clair quant à la manière de m’y prendre.
On a choisi le unschoolling, la parentalité positive, les voyages, la nature.

Et Vous, pourquoi, vous avez choisi l’instruction en famille? Dans quel but? Et comment vous vous y prennez?

 

3-Le téléphone/les réseaux sociaux

Le téléphone est un outil merveilleux mais combien chronophage. En ief, on manque souvent de temps et pourtant, on en perd énormément à cause de notre téléphone.

Combien d’heures passez vous sur votre téléphone?
Moi, beaucoup trop!!! C’est mon outil de travail principal comme je suis webentrepreneuse. Mais en réalité, c’est un peu une excuse, je passe trop de temps sur les réseaux sociaux.

Je passe beaucoup de temps sur les comptes ief, les comptes cuisine et organisation.
Sauf que je commence à me rendre compte de certains effets néfastes.

Souvent dans ces comptes tout est rose, tout est beau, il est facile de se sentir nulle, d’avoir l’impression de ne pas y arriver, de ne pas gérer aussi bien que les autres, de ne pas avoir autant de patiente, de matériels éducatifs ou montessori, de ne pas présenter autant d’activités.

Le pire dans tout ça, c’est quand on se met à comparer les enfants. L’enfant de telle blogueuse a l’âge de mon fils, mais il sait déjà lire, compter ou que sais-je.

L’ief devrait être dénué de toutes formes de comparaison puisque justement nous avons la possibilité de suivre le rythme propre de notre enfant!!!

Il faut prendre du recul face à toutes ces photos parfois parfaites souvent elles ne sont pas le reflet d’une réalité. C’est juste un instant T dans la journée d’une famille!!!

4-La fatigue

Gérer l’ief, avoir les enfants avec soi quasiment 24h/24, parfois travailler, prévoir des sorties pédagogiques, le ménage, c’est fatiguant!!!

Même si, le papa fait sa part de tâches ménagères et autres. Les mamans ieufeuses sont souvent amenées à ressentir de la fatigue physique mais aussi mentale.

Fatiguée, la maman ne sera plus aussi disponible pour ses enfants, pour l’instruction en famille.

Comment y remédier?
Les solutions sont souvent simples mais hors de portée!!
-s’accorder un moment à soi,
-faire du sport
-dormir dès les premiers signes de fatigues ( ce qu’on essaye d’inculquer à nos enfants🙈)
-manger sainement
-déléguer certaines sorties
-…

Le plus difficile à gérer, c’est qu’on ne peut pas se plaindre ou en tout cas pas à n’importe qui. Oui parce que beaucoup répondront tout simplement “bah, mets tes enfants à l’école!!”

Et vous qui me lisez, comment vous sentez vous? Êtes vous fatiguées, ces derniers temps?

 

5-Le manque de temps

Quand, on instruit ses enfants à la maison, clairement le temps est quelque chose de précieux.

Comme, je l’ai dis plus haut, la maman ieufeuse porte souvent plusieurs casquettes: maman, instructrice, femme, cuisinière, femme de ménage, chauffeur et j’en passe. Avec toutes ces tâches à accomplir, les journées sont souvent remplies. On aimerait parfois pouvoir les rallonger ^-^.

Aujourd’hui, je ne vais pas vous dire comment vous organisez pour avoir plus de temps. Non, aujourd’hui, je voudrais nuancer la chose.

Est-ce réellement le temps qui nous manque? Est-ce qu’on a pas plutôt tendance à s’en servir d’excuse? Bah oui, c’est plus facile de faire porter le chapeau au temps plutôt qu’à soi.

On se pose en temps que victime du temps. Le statut de victime est parfois agréable, il permet de ne pas se remettre en cause. Et c’est je trouve un grand piège. Je déteste être victime de quoi que ce soit, car la victime n’a pas la possibilité d’agir ou de rectifier ses actes.

Parfois, il y a des choses que je pourrais faire. Et puis, je ne prends pas pris le temps de les faire car j’ai la flemme. J’ai d’autres besoins à combler.

Je ne sais pas si vous saisissez la nuance. Le but de ce post n’est pas de jeter la pierre aux mamans ieufeuse. Mais, utiliser les bons mots permet d’agir plutôt que de subir.

Ne pas avoir pris le temps de faire quelque chose n’est ni bien ni mauvais.
C’est sûrement qu’il y avait des choses plus importante, des choses qui passaient avant. Et parfois regarder un film car on n’a besoin de se reposer passe avant la préparation des activités ou le ménage.

 

6-L’organisation

J’avoue, je ne suis pas très douée à ce niveau là. J’ai tendance à accumuler les choses et à être finalement dépassée. Mais je me soigne et ça va beaucoup mieux 🙃.

Le manque d’organisation en soi n’est pas incompatible avec l’ief. Ce sont plutôt les conséquences que cela engendre qui peuvent être problématique.

Ne plus retrouver un livre, un jeu, arriver en retard lors d’une sortie pédagogique,… Être moins disponible!!!

Et puis quand bien même nous sommes à l’aise avec notre “pseudo-organisation”, convient-elle à nos enfants? Certains ont besoin d’ordre pour pouvoir évoluer sereinement.

Le but n’est pas de devenir maniaque mais s’organiser ça s’apprend. Et quelques petits changements peuvent grandement améliorer le quotidien et nous faciliter l’instruction en famille.

Quelle est le point phare de votre organisation?
Moi, c’est le minimalisme, j’ai commencé à désencombrer la maison, il y a quelques années. Je revis, beaucoup moins de ménage à faire, un esprit plus tranquille,…

7-Les connaissances

On peut se lancer dans l’instruction en famille sans diplômes.
Mais des compétences sont tout de même nécessaires. Dire le contraire est tout sauf honnête.

Pour accompagner ses enfants correctement, des connaissances sont indispensables.
Je me suis lancée sans rien savoir ou presque du monde de l’éducation, mais j’ai appris sur le tas: livres, formations,…

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de tout savoir avant de vous lancer. Mais s’informer est indispensable. Et au fur et à mesure que les enfants grandissent, ils évoluent. Il faut alors tatonner encore et encore et apprendre!!!

Demain, je vous écris un article sur les livres qui m’ont aidé dan mon cheminement.

5 Comments

  • Tiphanya

    Mon pire ennemi reste les autres parents.
    Ceux en IEF qui te demandent si elles s’aiment lire / diviser / jouer de la musique et surtout depuis quel âge et avec quel manuel. On tombe dans la comparaison dont tu parles.
    Ceux qui ne font pas l’IEF et qui t’expliquent combien l’école est formidable et tout ce que ton enfant loupe.
    Être bien entouré, ça demande du temps et un peu d’organisation !

    • Maman ief euse

      Oui, il y a une comparaison même en ief. Elle ne part pas d’une mauvaise intention, je pense, sûrement la peur que son enfant soit “en retard”, qu’il n’avance pas “comme il faut”… et parfois ça en devient malsain.

      Sinon oui pour être bien entouré ça demande du temps. Surtout qu’au début, on fréquente un peu toute les familles ief alentours pour que nos enfants aient des copains. Avec le temps, on a plus confiance, on choisit et on s’entoure mieux!!!

  • Aurelie

    Je découvre votre blog et je trouve cet article très bien écrit et très juste!
    Le coup de “si tu es fatiguée met tes enfants à l’école” j’y ai eu droit aussi et c’est navrant… du coup on se renferme un peu plus …
    en tout cas super article et très réaliste.
    J’ai les memes objectifs que toi pour l’IEF pour mes enfants et en effet de se remémorer pourquoi on fait ça ça aide à maintenant le cap, donner du sens à ce que l’on fait .
    Et mon pire ennemi c’est mes enfants lol 😅 ben oui ils préfèrent toujours jouer hein donc c’est un peu la ““guerre”” pour s’y mettre … donc des fois c’est démotivant dès le départ alors que j’aime réellement ce que je fais . 💜🌺

    • Maman ief euse

      Merci Aurélie pour ton message ❤❤❤. Ici, on est en unschoolling, du coup cest plus cool. Après mes filles sont petites. Mon aînée a 6 ans et demi.
      À voir pour quand elles seront plus grandes.

    • Priscilla 62

      Cet article et les commentaires m’ont rassuré.
      A vouloir trop bien faire, parfois je ne fais rien. Se remettre en question est une bonne chose. Et cela me rassure que l’ief chez d’autres n’est pas parfait.
      Je me rassure aussi , mon fils préfère jouer 🙂 pour que l’instruction soit plus agréable, j’essaye d’intégrer ses jeux aux exercices.
      J’ai apprécié ton article .
      Bonne continuation

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *