Non classé

Instruction en famille: êtes vous prêtes à vous lancer?

Aujourd’hui, j’écris le tout premier article du blog 😍😍. Alors, j’ai beaucoup d’idées, beaucoup de choses à vous partager. J’en ai tellement que j’ai eu du mal à me décider et à choisir par laquelle commencer.

J’ai noté tous les titres d’articles qui me venaient à l’esprit et un parmi ma longue liste m’a inspiré: Instruction en famille, êtes vous prêtes à vous lancer!!!

Parmi vous, beaucoup, n’ont pas encore sauté le pas, et se posent mille et une questions. Alors, vous êtes à l’honneur!!!

Avez vous les qualités nécessaires pour devenir maman ieufeuse?

Je n’aime pas trop faire des listes de qualités comme celle ci. Bah oui, ce n’est pas parce que vous ne cochez pas la liste entière que vous ne pouvez pas vous lancer en ief.

Mais en même temps, ces qualités si vous les possédez, vous seront d’une grande aide. Et puis, une qualité ça se développe, si un point en particulier vous fait défaut, vous pouvez toujours travailler dessus.

Assez parlé, je me lance:
Être passionnée, c’est essentiel!!! Il est difficile de tenir sur la durée quand on fait quelque chose qu’on deteste… Alors, demandez vous, en avez vous vraiment envie? Que ressentez vous?
Savoir s’organiser. Je l’avoue, ce n’est pas mon point fort mais je me soigne 🙃.
Savoir se remettre en question. Cette qualité est plus que nécessaire, parce que vous pouvez en être sûre, tous vos principes et toutes vos croyances vont être bousculé.
Savoir s’adapter. C’est d’autant plus vrai si vous avez plusieurs enfants. Ce qui a fonctionné pour l’un ne fonctionnera pas pour l’autre. Et d’ailleurs c’est un des avantages de l’instruction en famille: ce n’est pas à l’enfant de s’adapter mais au parent instructeur.
Accepter d’avoir plusieurs casquettes: maman, instructrice, femme, femme de ménage, cuisinière, chauffeur et j’en passe. Évidemment, papa fait sa part mais voilà dans plus de 90% des cas il travaille, alors, il faut savoir compter sur vous durant les heures où vous serez seules.
Être patiente. Avoir ses enfants dans les pattes 24h/24h, c’est parfois lourd.
Être hermétique aux remarques négatives. Des remarques vous allez en avoir, alors fermez vos oreilles 🙉. Je vous invite d’ailleurs à lire cette article, sur le blog à dada et au dodo: Les 5 choses à ne jamais dire à un parent qui instruit son enfant à la maison. 

Votre objectif est-il clairement défini?

Pourquoi l’instruction en famille? Qu’est ce qui vous a poussé à sortir des sentiers battus? Que souhaitez vous pour vos enfants? Pourquoi voulez vous faire tous ces efforts? Qu’est ce qui vous pousse, vous motive? Comment voulez vous les accompagner? Quels types d’adultes voulez vous qu’ils soient?

Autant de questions qu’il est nécessaire de se poser avant de commencer!!!

Abraham Lincolm disait: un objectif bien défini est à moitié atteint.

C’est très difficile d’avancer dans le flou. On ne peut pas arriver à bon port si on ne sait pas où on va!!!

Ce point peut paraître anodin mais il est essentiel avant de se demander “comment” s’y prendre, de savoir “quoi” et “pourquoi”.

Ces questionnements sont nécessaires pour une raison simple. En effet, vous aurez beau y mettre toute la volonté du monde, ce sera dur par moment, vous serez fatiguées, parfois dépassées, les résultats tant attendues ne sont pas toujours là et à ce moment là vous risquez de vous dire « à quoi bon ? », « à quoi bon faire tout ces efforts, cela ne sert à rien ».
Et c’est là que le « pourquoi » rentre en ligne de compte, si vous avez un objectif clair, net et précis, que vous savez ce que vous voulez transmettre à vos enfants, vous savez ce que vos choix leurs apporteront, votre concentration sera sur l’objectif en question et non plus sur votre fatigue, votre colère parfois, sur le stress ou la déception que vous ressentez!

 

Avez vous les compétences nécessaires?

Attention, je ne dis pas qu’une maman débutante ne peut pas se lancer dans l’instruction en famille, bien au contraire.

Lorsque j’ai démarré l’ief avec ma grande, le monde de l’éducation et de l’instruction m’était totalement inconnu. J’ai énormément appris « sur le tas ».

Mais, ceci dit, il faut que vous soyez parfaitement honnêtes avec vous mêmes. Demandez vous quelles sont les compétences qui vous semblent nécessaires pour mener à bien votre projet d’instruction en famille? Avez-vous ces connaissances ? Si non, comment pouvez-vous les acquérir rapidement ?

Mon but n’est ni de vous effrayer, ni de vous faire fuir. Je veux vous aider à vous lancer dans votre “ief” de rêve, à prendre plaisir à faire l’école à la maison. Il vous faut savoir qu’il vous faudra constamment progresser, et continuer à vous former que ce soit via les livres, les formations,…

Plus vous aurez de connaissances, plus vous serez libres dans vos choix, plus vous serez à l’aise en ief, plus vite les doutes et les invertitudes s’estomperont.

Êtes vous bien entourés?

Ce point est très important aussi. Choisir d’instruire ses enfants soi même est un choix encore peu répandu. Quand, on fait un choix éducatif un peu hors norme (instruction en famille, parentalité positive,…), on suscite la curiosité. Souvent dans l’entourage proche, c’est l’incompréhension. Cela les renvoie sûrement vers leurs propres peurs.Vous pouvez tenter de les rallier à votre cause en leur expliquant le pourquoi du comment.

Mais, n’oubliez pas qu’il s’agit de votre choix.

“Souvent les gens autour de vous ne comprendront pas votre chemin. Ils n’ont pas besoin, ce n’est pas le leur”

Si votre famille, vos amis comprennent votre projet et vous soutiennent. Ils sauront être là pendant les coups de mou, et vous soutiendront psychologiquement tout au long du cheminement de votre famille.

Si jamais votre entourage ne comprend pas votre démarche, pas de panique ! Assurez-vous seulement de trouver des piliers autour de vous, en intégrant un groupe ieufeur dans votre région par exemple. Entourez-vous de personnes à qui vous pourrez vous confier, et qui sauront vous épauler en cas de besoin. Vos enfants trouveront en plus des compagnons de jeux. Et tous ensemble, vous pourrez organiser des sorties pédagogiques.

Avez vous les finances nécessaires?

Et oui … je ne pouvais pas écrire cette article sans aborder ce sujet, quelque peu tabou ! Pas besoin d’être millionnaire pour se lancer dans l’instruction en famille et pas non plus besoin de prévoir des dépenses monstrueuses.

Définissez ce qui est important pour vous: le matériel, les sorties pédagogiques, les livres, les formations, les jeux éducatifs,… Vous saurez de combien vous aurez besoin pour une école à la maison à l’image de votre famille.

Souvent, les mamans ieufeuses, cessent toutes activités professionnelles dès lors qu’elles commencent à instruire leurs enfants. Hors, grâce à Internet notamment, il est possible de travailler depuis la maison. C’est mon cas, je suis auto-entrepreneuse et je gagne ma vie grâce à mon autre blog!!! Ça demande certes une certaine organisation, mais ce n’est pas impossible.

 

Êtes vous prêtes à affronter les échecs et les difficultés?

Tout n’est pas toujours tous rose en ief. On est loin du monde des bisounours. Alors, êtes-vous prêts à affronter les difficultés et les échecs qui se présenteront à vous ? Car il y en aura, croyez-moi.

Il faut savoir prendre les difficultés comme des défis. Vous aurez parfois tellement la tête dans le guidon que vous aurez l’impression d’être au pied du mur. La question à se poser, c’est comment surpasser cela.

Fatigue, rivalités entre frères et soeurs, difficultés d’apprentissages, l’impression que les enfants n’évoluent pas, …

J’espère que vous êtes prêtes et fortes, et que vous saurez accueillir ces moments moins faciles comme des expériences, des leçons.

 

 

6 Comments

  • Elsa

    Merci pour cet article très intéressant !
    Mon aînée de 4 ans a beaucoup de difficultés avec l’école… Je me pose des questions sans savoir ce qui est bien ou mieux pour elle…
    L’idée de la retirer du circuit scolaire me tente pour l’apaiser et repondre à ses demandes… Mais j’ai si peur de renforcer ses peurs des inconnus, de l’échec, du changement (…).

    • admin3751

      Coucou Elsa,
      peut être dans un premier temps, regarde si il existe un réseau ief dans ta ville, ton département. Voir des familles autour de toi, leur parler en vrai, va peut être te rassurer.

      Sinon, ta fille, elle en pense quoi? Elle ne veut plus aller à l’école? Peut être que le fait de reconnaître ses difficultés, de les surmonter en famille, va justement lui donner assez de force à affronter l’inconnu plutôt que le contraire

  • Maria (Admirativecrochet)

    Merci pour ce partage!
    Article qui tombe à pic 😁 Mon fils va avoir 3 ans cet automne et nous songeons très sérieusement à l’ief 😊

  • Natacha Guillaume Heureux Sans Couches

    Bonjour,
    tour d’abord , merci pour ce blog 😉
    Quel est l’âge obligatoire pour l’instruction finalement? J’entends tout et son contraire et cela m’énerve au plus haut point. Ma fille va dans un jardin d’enfants Montessori, et nous allons certainement l’y laisser jusqu’à ses 6 ans (Elle en a 3). Entre ceux qui me renvoient leurs peurs en me disant que “Je-n’aurai-pas-le-choix-faudra-que-je-la-mette-à-l’école-car-c’est-obligatoire” (ils me stressent pas ils me saoulent juste en fait) et ceux qui sont juste étonnés qu’elle n’aille pas à l’école, comment te dire? Pfffiou, je fais pas encore l’ief et y’en a qui font presque une syncope quand je leur parle! Sinon comment conjuguer vie professionnelle et vie de maman en ief comme toi? Je suis moi aussi blogueuse et pour le moment nous ne ferons pas L’ief mais d’ici 3 ans certainement…
    Merci à toi,
    Natacha

    • admin3751

      Il y a une loi qui est passée, il y a quelques semaines mais elle concerne l’instruction.

      À la rentrée 2019, l’instruction sera obligatoire à partir de 3 ans, alors que jusque là c’était 6 ans.

      Et je crois qu’il est prévu que les enfants puissent s’inscrire dans les jardins d’enfants. Il faudrait vérifier ce dernier point.

      Concilier vie professionnelle et ief demande un peu d’organisation, des changements d’habitudes, et surtout d’accepter de ne pas avancer comme on le voudrait.
      J’en parlerai dans un article spécifique. En générale je me lève aux alentours de 5h30/6h pour travailler jusqu’au réveil de mes filles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *